Développé avec Berta

    Photographe & Musicien
  1. Plouff

    Un jour, la mer sera vraiment en colère. Ce ne sera pas une vague aveugle qui va tuer des pauvres de l’autre coté de la terre. Ce sera une colère qui vient de son cœur. Alors tous les océans vont se concentrer et puis bondir d’un coup, soulever la terre, et la lancer dans le ciel. Elle va fendre l’air, tournoyer comme une folle dans une auréole de poubelles comme un chien qui s’égoutte, monter encore presque au ralenti, donner l’impression un instant qu’elle est immobile en haut de son ascension, puis elle va amorcer son inexorable descente. Sa chute va s’accélérer rapidement, ce sera la comète mère, une larme de feu et de vent, une révocation linéaire et rugissante qui se précipite dans la mer…

    Plouff...

  2. Ça va faire un énorme Plouff. Le dernier message de l’humanité à personne. Plouff, l’ultime épitaphe, un titanesque et fatal double impact. Juste après le son de la magistrale claque de la matière sur l’eau l’univers résonnera de la déflagration sourde et profonde de la pénétration. Les Dieux sauront pourquoi ils sont sourds même si ils n’ont jamais été regardants.

  3. Une gigantesque et magnifique giclure s’élève vers le ciel ; une couronne de cristal liquide au diamètre de la planète. Elle s’évase, se distord, danse et monte lentement dans son orbe de gouttes et de lumière. À l’apogée de cette élévation libre démarre en surface l’onde infinie dans un bouillonnement d’écume et de sel, l’évasion des cercles concentriques, une œuvre mathématique. Les bourrelets d’eau s’épaississent et ralentissent dans leur chemin exponentiel vers une périphérie inconnue.
    Sous l’eau aussi c’est terriblement beau ; dans le sillage de la planète qui plonge, une trombe en spirale faite de mouvements aqueux et de bulles s’élève. Alors que la terre coule et fouille les abimes, la tornade sous-marine rejoint lentement en surface les miasmes de l’éclaboussure aérienne.

  4. Les vagues circulaires accueillent et absorbent avec douceur et méthode les retombées de ce double cataclysme. La mer reconstitue sa peau d’origine où flottent quelques bulles-souvenir. Tout au fond, l’eau commence à caresser la terre, à la polir pour lui apprendre la politesse. Les courants la bercent  et le plancton originel flaire déjà un site pour une nouvelle colonie.


it's time to create
some sections